Russie

 

  La période de Noël en Russie mélange rite païen et religieux. La période des célébrations s'ouvre en fait le 19 décembre, jour de la Saint Nicolas. Mais dès le 28 novembre commence le jeûne de Saint Philippe, qui ne s'achève qu'avec l'apparition de la première étoile dans la nuit de Noël, en hommage à celle qui guida les Rois Mages vers Bethléem.

 

Du 25 décembre au 6 janvier, ce sont les sviatki , les jours de fête à proprement parlé: on s'y déguise et on y chante les koliadki, moyennant récompense en argent ou en friandises. Ces rites sont les héritiers directs de ceux que l'on pratiquait jadis pour invoquer le retour de koliada, l'une des formes de Dajdbog, dieu de la chaleur et de la lumière, qui présidait au succès de la moisson et à la santé du bétail.

Les chanteurs de koliadki arborent masques, fausses barbes et lourds manteaux, déguisés en bouc, cheval, vache, grue , cochon ou renard et portent l'effigie de la chêvre de paille de koliada. Ils passent de demeures en demeures, munis de perches étoilées et de bougies, brandissant un large sac chargé de recueillir les dons en monnaie ou en nature et en formulant toutes sortes de souhaits bienveillants à l'égard de laurs hôtes. On fait beaucoup de bruits, à grand renfort de clochettes, pour faire fuir les esprits malins. Quand aux mauvais coucheurs de méchante humeur,ils se voient affublés de divers noms d'oiseaux et promis aux pires déboires.

Aujourd'hui, néanmoins, les koliadki sont un savant mélange de chansons paillardes et de chants religieux, l'Eglise ayant entrepris depuis longtemps de s'approprier ces fêtes païennes, qu'elle ne parvenait pas à éradiquer, en y substituant la célébration de la naissance de Jésus.

Le 19 janvier clos la période festive avec le baptème d'eau, qui commémore celui du christ par Saint Jean-Batiste.

Le réveillon du 6 janvier est dit sotchenilk , du nom d'un plat traditionnel, la sotchiva, une bouillie de céréales, de pois et de lentilles enrichie de miel, d'amandes et de jus de pavot.

En début de soirée, toute la famille se réunit dans l'attente de l'apparition de la première étoile, qui évoque comme nous l'avons dit plus haut, celle des Rois Mages. Il est interdit de manger avant ce moment, mais, sitôt après, on partage des galettes de pain azime en échangeant des vœux de paix et de bonheur.

Le jour de Noël, le 7 janvier, se dit quand à lui rojdestvo. Dans la tradition, ces deux périodes sont découpées en moments précis, répondant à un protocole très ancien.

La coutume veut que l'on saupoudre la table de Noël de foin, qui évoque l'étable ou naquit Jésus. Par dessus on étend une nappe blanche où est dréssé le couvert. Sont alors servis les douzes plats, comme les douzes apôtres, parmis lesquels doit absolument figurer la koutia, sorte de bouillie de blé ou de riz parfumée au miel, enrichie de morceaux de noix, d'abricots et de raisins secs.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site